samedi 13 décembre 2014

La Guerre des Rues Part 2

DOUBLE-PROGRAMME :

MIAMI CONNECTION / LES SEIGNEURS DE LA MORT






Merci à Vhsdb.org pour les jaquettes !



Reprenons les affaires là où nous les avions laissées en 2012. Au fond d'une ruelle crasseuse dans laquelle s'opposent 2 factions de gangs.
2 nouveaux représentants donc de la castagne urbaine qui ont aussi en commun un côté particulièrement destroy.
Le premier, brièvement évoqué dans "La Guerre des Rues, première partie" réunit à peu de choses près la même équipe que le déjà pas triste "Los Angeles Streetfighter". "Miami Connection" ne fait que gravir un échelon de plus dans la démesure. A tel point que le film se verra distribué à nouveau dans les salles américaines (spécialisées cela va de soi) vingt-cinq années après sa sortie.
La raison de cet engouement ? Une oeuvre canalisant à elle-seule tout l'esprit des années 80 (si largement célébrées aujourd'hui, pour ne pas dire idéalisées), avec une très large dose de mauvais goût.
Ici, frisoter de la moustache, arborer le survet fuschia, crâner sous une délicieuse coupe mulet, ce n'est pas une faute : c'est une leçon de vie.
Et quand s'y greffent par dessus le marché des ninjas, des interludes musicaux atroces et des loubards lookés sans conviction, vous comprendrez bien vite que vous avez sombré dans le Maelstrom de la Terreur Pure.
Seconde explication à ce succès à retardement : la très bonne volonté insufflée par le/les réalisateurs, traduite par une sincérité et un plaisir de tourner "son-petit-film-d'action-dans-son-coin" dégoulinant à l'écran. Un sentiment entrainant chez le spectateur une sympathie instantanée.
Même topo pour le second programme d'ailleurs et là j'emploie ma copie-colleuse qui va vous démouler sous vos yeux ébahis un texte précédemment tapissé sur Psychovision :

Angela (Nancy Lee), demi-soeur d'Eric (Eric Lee) instructeur de karaté, est kidnappée par un gang vicieux mené par l'horrible Bishop (Ralph Catellanos). L'opération de rapt est commandité par un ponte de la mafia chinoise.
De son côté, Eric monte une équipe de combattants infaillibles pour délivrer Nancy...

Visiblement, Paul Kyriazi porte un intérêt manifeste pour les arts martiaux puisqu'après avoir mis en boite en 1976 un "Death Machines" très porté sur les combats à mains nues, le gaillard remet le couvert cinq ans plus tard avec cette nouvelle réalisation baptisée "Weapons of Death".
Sur notre territoire, le film connait une timide sortie en salles en 1983 sous le titre de "La mort rôde à San Francisco" avant d'échouer en vhs la même année sous une toute nouvelle identité : "Les seigneurs de la mort". 


La k7 étant peu prisée par les amateurs et collectionneurs, on peut donc affirmer que le métrage de Kyriazi n'aura provoqué aucun remous.
Il suffit pourtant de dégoter l'objet (pas une mince affaire en 2014 je vous l'accorde) puis de l'enfourner dans son magnétoscope non sans une relative appréhension pour découvrir une pépite gentiment débile, fortement jouissive.
A l'instar des excentricités dégénérées que constituent "Miami Connection" ou le "Contrat pour un tueur"/"The Executioner" de Duke Mitchell, "Les seigneurs de la mort" porte la détermination de son auteur jusqu'au point de non-retour, en élaguant au passage toute notion de bon goût, de réalisme ou de cohérence.
Objectivement nul, le film de Kyriazi (tout comme les deux autres exemples pré-cités) n'a pas peur de "proposer" plutôt que de "copier" stupidement. Une démarche qui, bien qu'imprégnée de l'essence du bis, l'amène presque aux confins du cinéma d'auteur.
Oui, le gros mot est lâché.

"La mort rôde à San Francisco" se dote d'un caractère imprévisible propre aux bisseries les plus folles et ce, dès son ouverture ahurissante :  un homme noir éméché (Louis Winfield Bailey) pénètre dans un rade dégueulasse, zigzague entre le comptoir et la table de billard avant de se faire chahuter par les clients.
Incapable de se défendre, vient à sa rescousse un biker patibulaire (l'incroyable Ralph Catellanos) qui se met alors à défoncer la totalité des agitateurs avant de se défouler avec un acharnement hallucinant sur le mobilier du bar.
La rixe montée avec une frénésie rare et servie par de piètres chorégraphies de combat prend une allure de valse des pantins, où des poupées désarticulées à la bedaine proéminente frappent dans le vide, titubent entre deux tabourets renversés et s'écrasent dans les étagères en verre de l'établissement.

Plus tard, on retrouve le même L. W. Bailey dans une autre scène anthologique où, cette fois, il renverse contre toute attente la vapeur puisqu'à lui seul il exterminera à la machette une trentaine de motards sanguinaires regroupés dans une clairière.
Ca partait pourtant très mal puisque pour rappel, l'homme n'opposait la moindre résistance dans la séquence détaillée auparavant.
Alors, Paul Kyriazi farouche partisan du "Tout et son contraire ?" Qui s'en plaindra dans le cas présent ?

Ce qui est sur, c'est que le responsable de ce beau merdier démontre néanmoins la capacité à imaginer des personnages principaux et secondaires inédits dans ce genre de produit.
Ainsi, Eric l'asiatique se voit contraint de pactiser avec un beau-père (porto-ricain) qu'il hait (Bob Ramos), lui-même combattant confirmé qui fera tout pour sauver sa petite fille adorée.
Du côté des "bons", outre Louis le pochtron cachant décidément bien son jeu, peut-on également évoquer un autre élève d'Eric tiraillé entre la peur et l'absence de courage et Paul Kyriazi himself s'octroyant le rôle du fiancé d'Angela carrément pleutre pour le coup. En effet, ce dernier préfère abattre au revolver ses adversaires  plutôt que de s'essayer au corps à corps.
Une façon comme une autre de maximiser ses chances de survie, je suppute.

Quant à Ralph "Bishop" Cattelanos, chacune de ses apparitions s'avère précieuse surtout s'il ouvre le bec puisque lui a été adjoint dans la version française un doubleur d'une calamité rare. Ce synchroniseur fou à la voix nasillarde passe le temps à marmonner dans sa barbe, rendant son personnage parfaitement incompréhensible.
L'instant T où il s'essaye à prononcer le mot "Chinatown" demeure un grand moment de désespoir.
Disons que cet élément auditif déglingué termine de tirer la bande vers la stratosphère du plaisir.



Galerie "Miami Connection" :











Galerie "Les Seigneurs de la Mort" :


 

 
 
 





Miami Connection - 1987
USA
Genre : Action / Arts-Martiaux
Un film de Woo-sang Park & Y.K.Kim
Avec Y.K.Kim, Vincent Hirsch, Joseph Diamand, Angelo Janotti, Woo-sang Park, Kathy Collier...

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Les Seigneurs de la Mort - 1981
Autre Titre : La Mort rôde à San Francisco
Titre Original : The Weapons of Death 
USA
Genre : Action / Arts-martiaux
Un film de Paul Kyriazi
Avec Eric Lee, Bob Ramos, Ralph Castellanos, Louis Bailey, Sid Campbell, Nancy Lee, Gerald Okamura...




Miami Connection est proposé en version française.
(Bonus : des bandes-annonces made in Pepin/Merhi au début)

http://www.multiup.org/fr/download/c9e07815366a37dbc159b2eebf06987f/Miami_connection.avi


Les Seigneurs de la Mort est proposé en version française.
(Note : prudence, suite à une mauvaise manip de ma part, la fin de "Miami Connection" apparait en toute fin de vidéo. Ce serait bête de vous griller les 5 dernières minutes comme ça)

http://www.multiup.org/fr/download/7afad7b52c919449df300d9ea67a7d1e/LesSeigneursdelaMort.avi


Nouveau Lien pour Les seigneurs de la mort :

http://www.multiup.org/fr/download/f884531d3865c49b9a5941261b84add5/LesSeigneursdelaMort.avi

38 commentaires:

  1. merci pour cest 2 film et bon retour parmi nous
    esce que tu pourai remettre les insoumis en repack stp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est prévu Michael. Peut-être pas pour tout de suite mais c'est prévu.

      Supprimer
    2. Pour ma part, celui que je rêverai pouvoir voir un jour et que je n'ai pas pu prendre à l'époque, c'est le fabuleux "Final Score" avec les acteurs délicieusement nanars que sont Chris Mitchum et surtout mon préféré Mike Abbott.

      Supprimer
    3. Le cycle Chris Mitchum sera proposé de nouveau. Peut-être la semaine prochaine.

      Supprimer
    4. LE FIL LES INSOUMIS JAI REUSSI A LE TELECHARGER AVEC DU MPAL TROP LENT LEBERGER QUI RESTER je le rreupload pour le mettre sur mon blog tu peux le prendre pour le mettre sur ton blog si tu veux et merci djsafe pour ce repack les insoumis

      Supprimer
  2. Eh ben merci Throma (ça fait bizarre après tant de temps)

    RépondreSupprimer
  3. Quel Bonheur! Ce retour est inattendu, j'ai longtemps parcourus ce blog pour les raretés qu'il regorgeait. J'en profite voici les quatres films que je reverai de decouvrir:
    -Premonition (1972) d'Alan Rudolph
    Le Manoir des Fantasmes (1973) de Don Sharp
    -Le Corbillard (1980) de George Bowers
    -Les Inconnus de Malte (1970) de John Hough
    Merci d'avance pour ces pépites.
    Alex

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alex,

      c'est prévu pour tous ces titres sauf "Le manoir des fantasmes".
      Du reste, essaie sur "L'univers de la SF" de Muaddib. Me semble avoir croisé ce titre là-bas.

      Supprimer
    2. Oui effectivement Le Manoir des Fantasmes se trouve bien chez l'USF mais Muadib n'a visiblement pas le temps de le re-uper. Tant pis pour moi je m'armerai de patience.
      Pour les autres films je suis trop contant que tu es prevu de les mettre à jour.
      Merci Throma de raviver la flamme.
      Alex

      Supprimer
    3. Pour toi mon gros : https://www.youtube.com/watch?v=PT8FYeUt5G8
      Fait toi plaise Amigo !

      Supprimer
  4. Ah des films de gangs... Cool! J'en recherche un depuis longtemps, tiens, ça s'appelait "Chains" de Roger J. Barski http://www.imdb.com/title/tt0097036/ et un visuel chez vhsdb http://www.vhsdb.org/fiche.php?vhs=eaa6uhkm#film
    Si jamais tu trouves ça un jour... pour une Part 3 des guerres de rue!!
    BON RETOUR EN TOUS CAS ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai pas ça en stock, Loco.
      Tiens ton pseudo m'évoque justement le "Stone" de 74 :

      http://www.imdb.com/title/tt0072209/

      En vl'à une autre de bonne bikerie, et qui nous vient d'Australie cette fois.
      Recommandée par la maison !

      Supprimer
  5. Un retour en force avec en plus deux films que je voulais revoir depuis longtemps.Merci à toi.

    RépondreSupprimer
  6. C'est curieux comme deux ans, des fois ça parait long, mais des fois t'as comme l'impression que c'était juste la veille au soir, et que rien n'a bougé pendant la nuit. Bizarre.........mais tellement agréable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, ça c'est parce que Throma n'a jamais quitté notre coeur. (oh la la c'est beau)

      Supprimer
  7. Miami Connection en ripac HD avec toutes les musiques est prévu chez Humungus pour la semaine prochaine (problème de liens).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben merde !
      Mais comme ça vous aurez les 2 versions.
      La clean et la dégueu. Pas de jaloux.

      Supprimer
    2. C'est un travail d'Otto Rivers.
      Je l'aurais déjà posté s'il y avait d'autres liens que des Uploadhero (qui sont quasi-impossibles à télécharger)

      Supprimer
    3. Liens réuppés :
      http://humungus-cinebisart.blogspot.fr/2014/12/miami-connection-1987-exclu-repack-hd.html

      Supprimer
  8. Un grand merci pour ces 2 films ! et bon retour aussi ! un grand plaisir pour nous les fans de la vhs et de laserie b des annees 80 ,90 .serait il possible de refaire un lien pour le film la guerres des rues 1 si c'est possible et merci

    RépondreSupprimer
  9. Un double gang bang en intro !!!!!!!
    Faut dire qu'il savait se saper les loubard US de ce temps là,un mouchoir sur la tête,bracelet à clous faut jeans Ramones etc sans parler de leur argot de Mac Do.....
    Pas mal non plus le look Blue sky satin "des Seigneurs de la Mort".
    En fait si un mec comme cela m'agressait je serais mort de rire avant qu'il ne me touche^^
    Avec ton retour le gang infernal est au complet pour un Noël infernal de rêve.




    RépondreSupprimer
  10. Putain! Miami Connection, c'est quand même de l'ultra-lourd!
    Faut vraiment avoir survécu aux années 80 pour s'avaler un truc pareil d'un trait.
    A réserver aux vrais bonhommes qui bouffent pas de laitue. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui boivent du p'tit lait plutôt, vu le côté crypto-gay du truc.
      Mais oui, je te le concède c'est du lourdos 80's garanti.

      Supprimer
  11. J'applaudis ton retour.
    Merci pour ces pépites.

    RépondreSupprimer
  12. Throma de retour aux affaires! Un grand merci pour ce double-programme.

    RépondreSupprimer
  13. très heureux de ton retour et merci pour ces 2 inédits surtout les seigneurs de la mort qui fait vraiment envie ,sinon te serait il possible de remettre en ligne la guerre des rues stp

    RépondreSupprimer
  14. en fait de la guerre des rues je parlais de L A streetfighters

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il devrait être mis à jour bientôt.

      Supprimer
  15. Merci Throma pour ce retour et tes pépites !

    RépondreSupprimer
  16. Un retour en force ! Merci Throma !
    Et quel succès : 28 commentaires de visiteurs, ça fait juste 28 de plus que sur Psychovision ! ;-)

    RépondreSupprimer
  17. merci pour miami connection!!
    et content de te retrouver!!

    RépondreSupprimer
  18. Merci Throma! Mais pourrait-on avoir un re-up de "les seiigneurs de la mort" Merci d'avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est possible !
      je remets des liens demain.

      Supprimer
    2. Nouveau lien en bas de la fiche.

      Supprimer
  19. Bonjour,
    Je ne sais pas si le blog existe toujours, sinon pouvez-vous remettre des lien valides.
    MERCI

    RépondreSupprimer