samedi 21 février 2015

Camp d'Amour


Merci à Vhsdb.org



CAMP D'AMOUR - 1981

Titre Original : Die Todesgöttin des Liebescamps

Autres Titres : Love Cult / Love Camp / Divine Emanuelle / L'Amour au club (titre vidéo)

Allemagne / Grèce

Genre : Erotique / Policier

Un film de Christian Anders

Avec Laura Gemser, Christian Anders, Gabriele Tinti, Simone Brahmann, Bob Burrows, Sascha Borysenko, Fini...

"Les enfants, à table, Oncle Christian a remis le couvert !"
Après un pas triste "Force Noire" déjà présent sur le blog, l'inénarrable Christian Anders récidive dangereusement en nous servant de nouveau un trip égocentrique dont lui seul possède la clé.
Avec "Camp d'amour", il ajuste la barre dix crans au dessus puisque le voici carrément propulsé Grand Gourou Grec (et non pas Australien), Figure Angélique, Leader du Camp de l'Amour. Tout cela à la fois.

En fait la version queutarde d'un Jim Jones puisque le mot d'ordre de sa secte revient à niquer tous ensemble, dans tous les sens, toutes les positions.
Une règle d'or lui étant dictée par la Grande Prêtresse personnifiée par Laura Gemser.
Comme dans toute bonne organisation d'Illuminatis qui se respecte, les sous-bassements arnaco-financiers se dissimulent comme ils peuvent. Gemser et sa bande sont en réalité impliqués dans des magouilles pas possibles, heureusement, le lavage de cerveau est là pour nettoyer plus blanc que blanc.
Mais le bien nommé Christian, décidément trop bon, cherchera à fuir la corruption de son propre parti en compagnie de la belle Patricia (Simone Brahmann), fille d'un Sénateur.

Entre-temps aura-t-il trouvé le moyen de nous caser deux, trois de ses "tubes" à travers de très embarrassantes séquences musicales (celle du noir gesticulant comme un dératé sur une parade disco-hardo-popo-prout remportant la palme du malaise).
Ah, et aussi de s'envoyer Laura Gemser. A ce propos, on sent bien que tout le vaste projet perso du bonhomme est construit autour d'un seul axe, un unique but inavoué : celui de se taper la star du cinéma érotique du moment.
Et il y parvient le bougre, même si Gabriele Tinti n'est jamais loin. Bingo, cette fois-ci ce dernier s'est habilement fondu dans la masse très sectaire, lui qui joue pourtant double-jeu puisqu'il bosse pour le compte d'Interpol. Son personnage débarque d'ailleurs de nulle part et dans la plus grande indifférence vers la quarantième minute. On apprend par la même occasion qu'il entretient une relation très étroite avec la Prêtresse. Quelle surprise...
Une invraisemblance comme une autre chez le père Anders. Mais on est plus à cela de près si l'on y ajoute les décors oscillants entre goût douteux (le salon de détente très péplumoïdeux de Gemser) et l'ultra-dépouillé (la salle de méditation d'Anders) et les acteurs épouvantables (Tanga le garde personnel et culturiste Sascha Borysenko mise tout sur l'excès de grimace).

Curieusement, aussi mal branlée soit-elle, cette co-production germano-grecque entièrement tournée dans le pays du tragique Nikos Alachias n'est pas exempte de charme, si bien qu'éprouver un sentiment de plaisir devant cette bande naïve peut finir par s'opérer, d'autant plus qu'il s'agit là de l'une des érotiqueries de Laura Gemser les plus rares à se procurer.


















Film proposé en version française.

http://www.multiup.org/fr/download/801e449655f24fdbea5ccbddcc959a11/AmourauClub.avi











18 commentaires:

  1. Diffusé il y a quatre ans sur Arte (dans le cycle du cinéma trash) et enregistré sur bande VHS comme il se doit à l'époque, cette petite bande fait partie de mes petits plaisirs (sans que je sache dire pourquoi ; mais qu'importe...)

    L'anonyme inconnu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ont passé "ça" sur Arte ?

      'croyable. A part pour son statut de film allemand, ça reste improbable.

      Supprimer
  2. http://www.arte.tv/de/die-todesgoettin-des-liebescamps/3294914,CmC=3298854.html
    Comme l'aurait dit Mr Cyclopède... "Étonnant, non?"

    Je ne me souviens que d'un camp pour chiens jaunes perso... alors celui-là, avec pour Grande Prêtresse la magnifique Laura Gemser, je ne peux que le mettre dans ma besace... histoire de comparer les méthodes :-D
    Merci pour tous ceux qui sont perdus^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils avaient bien passé le très bon "Frightmare" de Pete Walker.
      Mais là tout de même, c'est hardcore !

      Supprimer
    2. Le film était présenté dans une version de 75 minutes, qui doit correspondre à celle de la VHS) alors qu'il en existe une avoisinant les 100'.

      Supprimer
  3. Mieux qu'au club med (ni moustiques ni tourista)!!!!
    à part qu'ici l'animateur il a vraiment de l'humour, soirée garantie à tous les coups...

    merci pour ses vacances en vf
    (ça évite de se retrouver avec des merguez à la place des moules surtout en Grèce^^)

    RépondreSupprimer
  4. Vu ! Après l'excellentissime et plaisant nanar Force noire, je me suis jeté sur ce love camp dont je ne connaissais l'existence uniquement que grâce au Monster bis spécial Laura Gemser...

    Tout d'abord, le premier crédit du générique nous apprend qu'il s'agit d'une production Chanders, soit la contraction de Christian Anders !
    Il s'agit donc d'une production financée par notre star de la pop allemande qui a donc produit deux films reflétant ses goûts intimes et ses conceptions métaphysiques de l'existence : la tatanne et le cul tendance partouze joyeuse inclinée vers l'adoration d'un être suprême.

    Sur ce dernier point, Christian s'est prudemment mis en retrait pour laisser la place à Laura Gemser, encore une preuve de goût sure !

    Effectivement, on a l'impression de voir une version cochonne mais soft de l'affaire du révérend Jim Jons, qui fut efficacement mise en scène dans Guyana, la secte de l'enfer de René Cardona Jr (et dont les médias semblent l'avoir quelque peu oublié tant le parallèle fut si peu évoqué lors de l'affaire du temple solaire).

    Si l'ensemble n'est pas désagréable, on sent quand même bien que le film est fauché, que la vraisemblance est très light et que le personnage de garde du corps de la déesse est caricaturé à excès tant il ne cesse de gonfler ses pectoraux à chaque premier plan.

    Il en résulte en définitif un bon bis, plein de saveurs, dont ses défauts ne font qu'augmenter le capital sympathie !


    Merci Saint Throma !
    Personne mieux que toi n'a célébré aussi bien cette idole de Christian Sanders, qui avait de petits airs de Val Kilmer !

    RépondreSupprimer
  5. ça sens la fin ! ça me rappelle le 24 Mars 2011 fermeture de la caverne des improbables.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui. Et telle la pituite matinale, tu étais déjà la, petite pute insignifiante.

      Supprimer
    2. Hé hé !!! oui j'étais déja là.

      Supprimer
    3. Ben écoute, d'affirmer et de maintenir ton statut d'étron voire de sous-être comme ça aux yeux de tous, je trouve que c'est une belle leçon de courage et d'humilité. Chapeau l'artiste.

      Supprimer
  6. "ça sens la fin ! ça me rappelle le 24 Mars 2011 fermeture de la caverne des improbables." Tu pourrais au moins te renouveler dans tes commentaires!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas la peine de me renouveler, c'est une perte de temps ça n’intéresse personnes vous films du CUL. VIDEO PARTY DE JAMBES EN L'AIR ça serait mieux approprié comme titre.

      Supprimer
  7. Juste un grand merci pour cette perle ! je crois que je tiens là une de mes prochaines chroniques
    Rico (from Nanarland)

    RépondreSupprimer
  8. IL est formidable Tanga dans son rôle d'homme fritte géante !!!
    Etonnant aussi ce bonnet de bain anti- dérapant au début.
    Fabuleux le coup de l'éteignoir de bougie chaude(après le kamasurletas pour les nuls.....;)
    Sans parler des numéros chantés qui enterrent AIR.
    Impitoyable la séance de fouet en raphia
    Le plus fabuleux de tout c'est Dorian en "Blonde Lee" qui fait du Kung Folle à la weng weng.
    Pourquoi ça passe toujours trop vite ce genre de bande VHS (alors que depuis le blue ray on s'emmerde grave le plus souvent :(
    Trop cool ta secte
    oh divin Throma ♥♥♥

    RépondreSupprimer
  9. aaaaaaaaargh Laura Gemser Merciiiiiiiiiii

    RépondreSupprimer
  10. Irrésistible, merci pour le Anders !
    Joe Wasser

    RépondreSupprimer