mardi 17 juillet 2012

Les Machines du Diable




























  
Les Machines du Diable - 1970

Titre Original : The Losers

 Autre titre : Nam's Angels

Un film de Jack Starrett

USA 

Genre : Action / Guerre / Bikers

Avec William Smith, Bernie Hamilton, Adam Roarke, Paul Koslo, Houston Savage, Eugene Cornelius, Jack Starrett, Vic Diaz...


Cinq bikers expérimentés dans l'art de la guerre sont enrôlés par la CIA pour sauver un agent infiltré retenu prisonnier dans un camp au Cambodge. Pour y parvenir, nos hommes seront chargés de semer la destruction au volant de leurs motos trafiquées en engins de la mort : les machines du diable.

 Emballé par un Jack Starrett des grands jours, "Les machines du diable" est un hybride réjouissant entre le film de bikers pur gazole et le film de guerre pur Nam. L'histoire, aussi invraisemblable que séduisante, flattera le fana de tuning sommeillant en chacun de vous à n'en point douter. Notre escouade de gros bras fignolant dans leur garage de véritables armes de destruction massive sur roues ; des bolides affublés de mitrailleuses et autres lance-missiles et au blindage renforcé.

Dommage simplement qu'il faille attendre la dernière demi-heure pour voir les machines en action dans un déluge de pétoire et d'explosions réduisant en cendre un camp de prisonniers. Au préalable fort heureusement, on somnole peu. On dénote bien quelques interludes romantiques dus à deux fleurs bleues du groupe, Clopin (le talentueux Paul Koslo, le vent en poupe à cette époque-là), un boitard s'entichant d'une prostituée locale dont l'enfant est... noir !, ainsi que Duke (le toujours excellent Adam Roarke, habitué des films de bikers) animé par la soif de liberté et le désir de quitter ce foutu pays avec sa fiancée de là-bas. Mais toute cette mièvrerie de servir au contraire le récit, agissant comme contre-balance face à la bestialité de deux autres membres du commando, Speed et Dennis (respectivement Eugene Cornelius et Houston Savage), deux brutasses alcoolisées qui n'hésitent pas à passer leurs nerfs sur femmes et enfants.

C'est un véritable plaisir de retrouver le massif William Smith en leader du groupe, Link. On savait "Big Bill" très bon comédien, il le prouve une fois de plus en apportant une dimension humaine à son personnage lorsque celui-ci emmène un malheureux môme estropié et bossu faire un tour en bécane.
N'oublions pas non plus sous le casque du Capitaine Jackson Bernie Hamilton, autre sacrée gueule, à jamais affilié au rôle de Dobey dans "Starsky et Hutch".
Même Jack Starrett s'octroie un rôle, celui du détestable Chet Davis, l'agent capturé. En fait un couard et une belle ordure. 
















Film proposé dans sa version française.


https://rapidshare.com/files/332525208/Les_machines_du_diable.avi


13 commentaires:

  1. Encore un film au pitch incroyable ! merci de nous partager ta magnifique vidéothèque.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  3. Salut shetan, peut-être est-ce ton disque qui est plein?

    Singe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Singe , j 'ai fait un peu le ménage et cette fois-ci le téléchargement s 'est bien passé!

      Supprimer
  4. Merci

    Quest Orlanty

    Ps Attention ce blog devient traumatisant ;)

    RépondreSupprimer
  5. Un pitch de depart improbable, pour ne pas dire ridicule, et à l’arrivée une série B plaisante et bien foutu, c'est ça l'essence du bis.

    RépondreSupprimer
  6. encore une belle rareté au concept incroyable : des motards en mission commando pendant la guerre du vietnam !! ah les seventies, véritable ère de liberté où tous les mélanges de genres se faisaient sans aucune arrière pensée mercantile (ou presque). et quelle joie de retrouver william smith, une vraie gueule comme on les aime! il en aura traumatisé plus d'un gosse avec son rôle de falconnetti dans "le riche et le pauvre". si peu se souviennent de grand chose de cette série, personne n'a oublié ce méchant à l'ancienne, preuve en est que ce monsieur imprègne l'écran.

    sabata

    RépondreSupprimer
  7. Haaa, excellent ! Voilà une superbe affiche qui m'a souvent fais fantasmer...je vais pouvoir voir ce film grâce à toi ! MERCI !

    RépondreSupprimer
  8. Voilà sans doute le film qui a inauguré le genre des MIA, Missing In Action, avec Chuck Norris, pour le meilleur et pour le pire. Ted Kotcheff lui-même, un an après son Rambo, a sacrifié au genre, avec Uncommon valor, dont le titre français rappelle le pitch de ton film. On y trouvait un casting intéressant avec Gene Hackman, et un jeune Patrick Swayze, encore inconnu et pas encore le tombeur de toutes ces dames. Bref, une pépite à voir et à connaître.
    Merci pour le partage et notamment, mais pas seulement, pour Légitime Défense, superbe !!!

    RépondreSupprimer
  9. merci pour ce bon petit divertissement.
    ni les films de guerre, ni les films de motards ne sont particulièrement ma came mais le mélange des deux fonctionne très bien et la chanson-thème mélancolique de ces "losers" n'y est certainement pas pour rien.

    rosebonbon

    RépondreSupprimer
  10. Ah Merci pour le film (et le site)! Je cherche ce film de mercenaire depuis un moment!

    J'ai hâte de voir ce qu'il donne.

    RépondreSupprimer
  11. William Smith, un acteur dont j'aimerais découvrir d'autres de ses films après ce Loosers et Conan.

    RépondreSupprimer
  12. Nous à crocofilms on le sors en septembre dans la collection inédite Mad Bikers avec l'échapée sauvage. possible paypal 15€.

    RépondreSupprimer